Eilonwy

"J'ai toujours trouvé qu'elle avait un costume étrangement inintéressant."

Andreas Deja, Le livre des héroïnes Disney

Pourquoi elle?

 Si, pas d'erreur, c'est bien du Disney. Mieux, c'est bien une princesse (mais elle n'aura jamais droit à une place dans le canon). En 1985, ce dessin animé était adapté d'une série de  romans d'héroic fantasy de Lloyd Alexander, Les Chroniques de Prydain.

 

Mais peut être parce qu'il n'avait pas de chansons (ça ne m'a pas choquée) et qu'il était relativement effrayant (le méchant est une lyche, et il a une armée de zombis)

 

ce fut un flop aux Etats Unis, (moins en France quand même) et une telle vexation pour le studio qu'il l'a renié et effacé ses traces: pas de produits dérivés ou d'allusions dans les parcs, et quand c'est cité dans les livres d'arts c'est pour le descendre en flammes.

Mais à moi il me fait l'effet d'un chef d'ouvre méconnu: quand je l'ai enfin vu après sa réédition miraculeuse en vidéo, j'ai craqué sur Eilonwy, ou Eloïse dans le premier doublage français comme le rappelle la chanson de Douchka:

Elle est aussi magicienne (même si elle ne sait que produire une boule de lumière qui éclaire les couloirs sombres). Et surtout, c'est le chaînon manquant entre les princesses cruches des années trente à soixante et les femmes libérées des années 90: l'épée n'est pas à elle , mais elle a déjà pas mal de répartie (ne lui dites surtout pas qu'elle n'est qu'une fille ou gare au mode berserk). A l'époque, j'avais déjà fabriqué son costume pour une poupée. Plus tard, même si Eilonwy n'a que 15 ans, j'avais de plus en plus envie de le porter.

Fabrication:

Pas besoin d'ajuster le corsage (15 ans=pas de formes) donc c'est fabriqué en jersey bleu marine comme un gilet sans manches, avec un pan plus long dans le dos pour fermer au velcro. J'ai découpé deux bandes dans du coton rouge et les cousues (ourlées) sur le devant et autour du col. La sous-jupe était en polyester crème (ourlé à la flamme), cousue froncée sur le pourtour, et dessus, j'ai eu un mal de dingue à débusquer la couleur idéale. Ca change sur les illustrations et selon l'éclairage, tantôt violet, tantôt gris, et rose la plupart du temps mais pas bonbon. Vu l'ambiance sombre, c'était un rose sombre aussi; le seul que j'ai trouvé était un tissu d'ameublement rose pâle tissé de brun. Après l'avoir cousu dessus, j'ai coupé une ouverture à l'arrière et l'ai fermé au scratch. J'avais commandé sur ebay une perruque blonde bouclée pour divers usages et elle m'a parue plus adéquate que celle que j'avais trouvée en farces et attrapes. J'ai cousu aussi une bande de velours noir pour la mettre sur la tête; le tout était porté sur ma chemise XVIIIème. Pas bien dur, il a été écrit (dans Le livre des héroïnes) qu'elle ressemblait plus à une paysanne qu'à une princesse.

Occasion: Les Fééries de la Loire 2010 (dimanche) /Halloween 2010 Disneyland

Jour J:

Evidemment il  y avait des airs dubitatifs quand je disais "Princesse Disney" , on me répondait alors que c'était Aurore (la Belle au Bois Dormant) en tant que Rose (version paysanne) le plus souvent, ou bien Alice, voire Blanche-Neige. Faire deviner qui c'était était un jeu qui a pris jusqu'à dix minutes! Finalement en entendant le titre la plupart s'exclamaient "Ah oui ça m'avait fait peur!" "Ah oui Taram! Et le petit cochon!" La truie a davantage marqué les esprits qu'Eilonwy....

 

Je l'ai remis à Disneyland et elle est l'idéal pour passer inaperçue. Même en posant à Fantasyland : une dame a dit "Blanche-Neige" et d'autres ont voulu savoir à quelle heure était la parade ou où était le maquillage pour enfants. Apparemment on dirait un costume de cast member serveuse...

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site